Durant les quatre années qui séparèrent la parution de l'album The Doors (janvier 1967) de celle de L.A. Woman (avril 1971), les Doors furent l'un des groupes rock les plus populaires du monde. Dans ce court laps de temps, ils remportèrent sept disques d'or, et les ventes des singles Light my fire, Hello, I love you et Touch me dépassèrent le million d'exemplaires. Les fans adoraient leur musique et les critiques admiraient l'originalité et la poésie des textes de Jim Morrison. L'ascension des Doors coïncida avec l'effervescence de la fin des années soixante et du début des années soixante-dix. Elle ne peut être dissociée de cette période turbulente de manifestations pacifistes, d'exploration des drogues et de toutes les aspirations de la contre-culture. Leur musique incarna fidèlement cette époque, qu'ils illustrèrent bien mieux qu'aucun de leurs contemporains.

Mais la violence de ces années se refléta également dans la carrière du groupe, et plus particulièrement dans la vie chaotique de son chanteur charismatique et imprévisible, Jim Morrison. Il insuffla, en effet, cet esprit de révolte sur scène, mais également dans sa propre vie, avec les conséquences dramatiques que l'on connaît. La popularité des Doors n'avait pas fléchi lorsqu'il disparut tragiquement, en 1971.

Le groupe se sépara deux ans plus tard, mais se reforma en 1978 pour enregistrer un accompagnement musical pour les poèmes de Morrison. En 1979, le metteur en scène Francis Coppola utilisa The End comme thème musical de Apocalypse Now.

Il s'ensuivit un très large renouveau de la popularité des Doors, incluant un succès de librairie pour une nouvelle bibliographie de Morrison, la sortie de bandes live inédites en disque et en vidéo, une couverture médiatique impressionnante, de nouvelles certifications d'or et de platine pour les albums, et, en 1991, un film retraçant la carrière brillante et orageuse du groupe.

Trente ans ont passé depuis la mort de Morrison, et les Doors continuent à influencer nombre de groupe aujourd'hui : il est maintenant évident que leur musique, qui était si représentative de la fin des années soixante, leur a survécu sans dommage.


Morrison Place, un hommage à Jim Morrison & The Doors
2000 - 2003 http://www.morrisonplace.net