Après la mort de Jim Morrison en 1971, l'âme poétique des Doors disparut et, comme l'ont prouvé Other Voices, la musique du groupe ne serait jamais plus la même. Le public respecta la tentative de Ray, Robby et John de continuer mais, sans les mots de Jim, sa voix et sa présence, la plupart des gens pensaient que la musique était bien finie.

Pour ceux qui étaient très proches des Doors, la mort de Morrison était un événement triste mais pas inattendu : quelquefois, il semblait difficile d'imaginer que la vie de Morrison se terminerait autrement.

Malheureusement, la mort du jeune Morrison était l'apothéose rêvée pour élever son mythe personnel au-dessus de la musique des Doors et, vers 1975, des choses curieuses ont commencé à se produire autour de l'héritage des Doors. Une sorte de culte de la mort s'est formé autour de la mémoire de Morrison, qui célébrait avec un romantisme pervers la disparition précoce de ce héros ténébreux.

"Je crois que les Doors étaient déjà près de la fin quand Jim Morrison est mort", explique Dallas Taylor. "Beaucoup de gens pensaient qu'ils étaient passés de mode et personne ne semblait s'intéresser au groupe autant que deux ans plus tôt. Maintenant, les gens ont tendance à oublier cette période, quand on ne parlait pas des Doors et qu'on ne les écoutait pas, à cause de leur résurgence."

Vers la fin des années 70, la musique des Doors et les paroles de Jim Morrison ont effectivement retrouvé un énorme regain de popularité et le groupe a enfin reçu le respect critique qu'il méritait. Cette renaissance a commencé par un album de poésie:
An American Prayer.

Le 8 décembre 1970, à l'occasion de son 27ème (et dernier) anniversaire, Jim Morrison s'offrit un cadeau exceptionnel. Beaucoup d'amis lui avaient proposé de sortir pour aller fêter ça mais il préféra louer un studio à Village Recorders à Los Angeles pour enregistrer ses poèmes.

Malheureusement, Jim ne vécut pas suffisamment longtemps pour sortir son album de poésie et pendant plusieurs années ses enregistrements furent oubliés.

Fin 1976, Robby Krieger, estimant que les Doors pouvaient créer une musique nouvelle et importante en se tournant vers le passé pour leur inspiration, appela John Haeny pour lui demander où se trouvaient les enregistrements des séances de poésie de Jim. Haeny possédait encore les originaux et suggèra à Robby, Ray et John de venir le voir pour les écouter ensemble.

Quand les Doors furent confrontés à la force des oeuvres de Jim et à la qualité de sa lecture, ils décidèrent de faire un album de poésie pour leur ami disparu. Cet album allait tirer son titre du dernier poème : le premier que Morrison avait enregistré en solo sous forme parlée et celui sur lequel il avait le plus travaillé pour le perfectionner : "An American Prayer".

L'idée principale était que la poésie de Jim pourrait être superposée sur des extraits de musique existante des Doors et sur de nouvelles musiques de Ray, Robby et John. C'était une manière pour les Doors de retrouver leur passé et de rendre en même temps hommage à Morrison.


Morrison Place, un hommage à Jim Morrison & The Doors
2000 - 2003 http://www.morrisonplace.net