A UCLA au début des années soixante, certains étudiants considéraient que l'école du cinéma était un moyen d'apprendre les techniques qui leur donneraient un travail lucratif à Hollywood, mais il y avait aussi un groupe de jeunes cinéastes qui commençaient déjà à faire preuve de l'esprit révolutionnaire qui allait bientôt définir cette décennie non-conformiste.

Morrison s'est vite fait une place dans ce groupe d'intellectuels rusés et rebelles, où se trouvait une figure qui allait jouer un rôle central dans l'avenir de Jim : un étudiant talentueux et un peu plus âgé que Jim nommé Ray Manzarek.

Jim et Ray se sont fait un cercle d'amis où se trouvaient plusieurs personnes qui sont restées en contact alors que les Doors prenaient forme : Alan Ronay, John Debella, Philip Oleno, Paul Ferrara et Frank Lisciandro. Michael C. Ford faisait également partie de ce groupe. Ford était un peu plus âgé que la plupart des étudiants et il faisait passes des auditions pour des cours de cinéma quand il a rencontré Ray puis Jim.

Quand Jim a passé son diplôme à UCLA en juin 1965, il était arrivé à amasser une sorte de masse critique créative. Il avait enfin réussi à se bourrer le crâne de toutes les connaissances dont il avait soif et maintenant ses créations prenaient une nouvelle envergure. Son imagination avait été stimulée par ses études cinématographiques, en particulier par sa découverte du cinéma expérimental et des images surréalistes. Dans les carnets qu'il remplissaient à UCLA se trouve une "thèse sur l'esthétique cinématographique" qu'il avait composée et qui serait publiée par la suite sous le titre de The Lords : Notes On Vision.

Jim était tout aussi passionnée par l'étude du théâtre grec et romain, qu'il étudiait seul. Son obsession passagère pour le rocker Elvis Prestley avait été remplacée par une admiration respectueuse pour le génie militaire Alexandre le Grand, décrit par Plutarque, historien grec. Il est aussi resté fasciné par les légendes, le folklore et les rituels religieux des cultures antiques, toutes choses qu'il avait étudiées seul à la bibliothèque de l'UCLA.

Le stock de connaissances qu'il s'était constitué à Los Angeles a joué un rôle crucial dans le développement de Jim Morrison en tant qu'écrivain et bientôt, il était prêt à puiser dans tout ce qu'il avait emmagasiné pour créer quelque chose de fort.

C'est durant l'été de 1965 que Morrison a commencé à imaginer à demi sérieusement un groupe appelé "The Doors". Il considérait toujours que William Blake était un penseur et un poète sans rival et l'un des vers de Blake l'avait frappé : "Si les portes de la perception étaient lavées, chaque chose apparaîtrait telle qu'elle est, infinie". Morrison avait également lu la description philosophique fait par Aldous Huxley de ses expériences avec la mescaline, et dont le titre empruntait l'expression de Blake, Les Portes de la Perception. Pour Morrison, le vers de Blake et le livre de Huxley suggéraient un nom d'une simplicité parfaite mais aussi plein d'allusions et riche en champs sémantiques : les Doors. Un parfait jeu de mots privé pour des rockers intellectuels.

Alors que Morrison travaillait sur son toit, il s'est rendu compte que la poésie qu'il écrivait venait plus facilement quand il pensait à ses mots sous forme de paroles de chansons. Il n'avait aucun moyen d'exprimer la musique qu'il entendait dans sa tête derrière ces poèmes mais il s'apercevait que lorsqu'il permettait à cette musique cérébrale de couler, ses mots prenaient un rythme, une profondeur et une intensité qu'il n'avait jamais atteintes auparavant.

Ses riches activités créatrices se déroulaient dans des endroits bien ordinaires : surtout sur un toit qui surplombait Venice Beach. Morrison avait prévu d'aller à New York après son diplôme pour entamer une carrière de cinéastes et il avait dit à la plupart de ses amis d'UCLA, Ray compris, qu'il allait quitter la ville. Mais quand l'esprit de Morrison a commencé son envol, il s'est vite rendu compte qu'une carrière ne l'intéressait plus. Suivre sa muse était bien plus à son goût, occupation qui, cet été-là, nécessitait la consommation de suffisamment d'acide pour garder sa conscience sensibilisée alors qu'il gardait des carnets vierges à portée de main à tout heure.

Le toit des bureaux abandonnées à Venice était une piaule gratuite où Morrison pouvait travailler en toute solitude. Les poèmes écrits sur ce toit en quelques semaines allaient jouer un rôle incroyablement important pour les Doors : les carnets de Venice ont inspiré la majorité des deux premiers albums des Doors et ont fourni des paroles et des idées jusqu'à LA Woman.

Les débuts des Doors

Durant l'été de 1965, Morrison avait un nom de groupe génial, des cahiers pleins d'idées et un esprit débordant de possibilités créatives, mais c'est une rencontre fortuite avec son copain Rey Manzarek sur la plage de Venice qui a fait des Doors une réalité.

Ray était surpris de voir que Jim était encore en ville et était encore plus étonné d'entendre que Jim avait travaillé sur des chansons. Lorsque Jim chanta doucement les paroles de "Moonlight Drive", Ray était aux nues. Il déclara à Jim qu'ensemble ils feraient de son idée, "Les Doors", une réalité. Ray pensait que si Jim se promenait avec des idées musicales aussi fortes et était capable d'écrire des paroles aussi percutantes, il y avait aussi des chances qu'il soit un chanteur captivant.

Morrison avait quitté son toit pour emménager dans le minuscule appartement que Ray partageait avec sa petite amie de longue date, Dorothy Fujikawa. Il continua d'écrire avec enthousiasme et, avec Ray, il commença à travailler sur des musiques dans un groupe intermédiaire, entre les Ravens et les Doors, avec Rick et Jim Manzarek.

Grâce à leurs concert, Rick & The Ravens avaient obtenu un contrat avec Aura

Records et avaient sorti un 45 tours qui ne s'était pas bien vendu. Aura était dans l'obligation de sortir un second 45 tours mais avait proposé à la place d'offrir aux Ravens des heures de studio gratuites comme moyen de satisfaire leur engagement. Avec l'énergie et les idées de Morrison, le nouveau groupe commença à se préparer à sa première séance d'enregistrement aux Dick Bock's World Pacific Studios dans Third Street à Los Angeles.

Un problème constant des Ravens avait été de trouver un batteur et un bassiste qui acceptait de rester avec le groupe pendant plus d'un concert ou deux. Quand Jim a commencé à travailler avec les Manzarek, ils n'avaient pas encore trouvé de section rythmique régulière mais la moitié de ce problème fut résolu lorsque Ray rencontra John Densmore, originaire de Los Angeles, au tout nouveau Centre de Méditation de Maharishi Mahesh Yogi qui se trouvait aussi dans Third Street.

Durant une des séances de méditation, un ami commun avait fait remarquer à Ray que Densmore était un batteur prometteur. Ray s'est présenté sans tarder. Peu de temps après, il a invité John à une répétition avec Jim et ses frères. Les paroles obscures écrites par Morrison, qu'on lui avait montrées sur une feuille de papier froissé, lui avaient fait grande impression. John ne savait pas où allait ce groupe mais il pensait que le voyage allait être intéressant. Il dit à Ray de compter sur lui.

Pendant les répétitions, Morrison prenait de plus en plus confiance en lui en tant qu'acteur. Mais où les trois Doors allaient-ils trouver un guitariste qui pourrait enrichir le style qu'ils étaient en train de modeler, lentement mais sûrement ?

En fin de compte, ils n'ont pas cherché bien loin : un ancien copain de l'université de John Densmore jouait de la guitare et cherchait sans cesse de nouveaux groupes avec qui jouer. Densmore avait déjà travaillé avec lui dans un groupe et l'avait amené au Centre de Méditation où John et Ray s'étaient rencontrés. John était certain que son ami serait intéressé par la musique des Doors. Le copain guitariste de Densmore était évidemment, Robby Krieger.

Ray, Jim et John s'étaient peut-être rendus compte immédiatement qu'ils venaient de recruter un guitariste au talent unique mais ils n'avaient aucune idée qu'ils venaient d'ajouter un second formidable parolier au groupe, qu'on suggère que tout le monde apporte de nouvelles idées de chansons et Krieger est arrivé avec "Light my fire" et "Love me two times" à la répétition suivante.

Fin 1965, Morrison, Manzarek, Krieger et Densmore étaient très vite en train de devenir un monstre à quatre têtes. Ils répétaient presque tous les jours dans l'appartement de Ray et ils apprenaient vite à imbriquer leurs talents musicaux individuels pour obtenir le maximum d'effet. A bien des niveaux, ils étaient une parfaite collection d'excentriques musicaux : quatre artistes bien particuliers qui auraient pu avoir du mal à percer dans un autre groupe mais, ensemble, ils se renforçaient les uns les autres jusqu'à produire non pas quatre styles mais un seul.


Morrison Place, un hommage à Jim Morrison & The Doors
2000 - 2003 http://www.morrisonplace.net